Livraison 24H
Page d'accueil Ylea YLEA / L’attaque d’un feu : Intervenir en sécurité c'est se former

L’attaque d’un feu : Intervenir en sécurité c'est se former

L’attaque d’un feu : Intervenir en sécurité = Se former

- Exemple du feu de friteuse -

La sécurité et l’efficacité de l’intervenant sur un départ de feu passent par une connaissance théorique et une connaissance pratique , indispensables pour intervenir en sécurité et avec efficacité.

Pour être efficace, il faut que le formateur soit lui-même formé sur de vrais feux, et pas seulement sur un simulateur à gaz qui lui, ne réagira pas comme un vrai feu de friteuse.

Prenons le cas d’une friteuse

Par exemple, examinons le cas d’un « Food truck » (camionnette où l’on prépare de la restauration rapide.) : Souvent nous avons un voire deux bacs à friture. Si le feu prend dans la friteuse (défaut de chauffe), nous allons avoir affaire  à une masse d’huile ou de graisse en ébullition.  Il faut donc pouvoir se reculer de 3 mètres pour attaquer ce feu en sécurité. Or, cela est souvent impossible (sauf à attaquer le feu depuis l’extérieur du véhicule), car il n’y a pas assez de place dans le véhicule. 

Pourquoi se reculer de 3 mètres pour utiliser l’extincteur ?

Tout simplement parce que la certification d’un extincteur sur feu de friteuse ( Classe F), accepte une réaction brutale de hauteur des flammes lors du premier contact de l’agent extincteur avec l’huile ou la graisse combustible,   d’une hauteur de 2 mètres . Le bac de friteuse ayant sa surface à environ 1 mètre du sol intérieur, et le plafond du véhicule étant à 2 mètres du sol intérieur, cette réaction de flammes va toucher le plafond et bifurquer vers l’opérateur . Si celui-ci est à moins de 3 mètres, il a toutes les chances de se brûler, car il n’est pas protégé.

Voilà pourquoi, il est nécessaire de connaitre la théorie en plus de la pratique, pour former correctement et intervenir en sécurité sur un départ de feu. La connaissance de la réaction de flammes admise par la certification européenne de l’extincteur sur foyer type F, permet de comprendre la nécessité de se tenir au minimum à 3 mètres du feu, pour l’attaquer.

Dans le cas du « Food truck » Cela implique souvent une attaque du feu depuis l’extérieur du véhicule. Il faut donc étudier cette possibilité, voire celle de pouvoir attaquer le feu sur un socle élévateur très stable, depuis l’extérieur du véhicule, pour avoir un accès de visée sur la base des flammes par la devanture, ou par une porte arrière ouverte du véhicule .

Certains opposeront que l’on peut utiliser une couverture sur un départ de feu de friteuse. C’est vrai, mais cela ne marche pas toujours, car l’opérateur oublie souvent de se protéger les mains, et lâche trop tôt sa couverture sur le foyer. Avec de l’huile en ébullition, la couverture peut être soulevée par  les gaz qui  résultent de l’ébullition, et permettre à l’air de revenir et d’alimenter la combustion. (on ne se rend pas compte de cela quand on simule un feu de friteuse avec un peu d’essence ou de gasoil voire d’alcool à brûler, que l’on enflamme dans une marmite pour la faire éteindre avec un linge humide par les stagiaires)

Pourquoi seuls les extincteurs à base d’eau sont certifiés en classe F, alors que l’eau pure ne doit pas être projetée (sauf brumisée en extincteur certifié classe F = gouttes inférieures à 0,4 mm de diamètre) sur un feu d’huile ?

L’extincteur portatif à co2  n’a pas d’efficacité au-delà de 1,10 mètre, et (bien que très froid) ne refroidit pas assez l’ensemble friteuse-huile pour se prémunir avec certitude de la ré-inflammation immédiate, dès sa dissipation au-dessus du foyer (il ne reste qu’une à 2 secondes au maximum, et l’air revient) .

L’extincteur à poudre lui, nécessite un recul d’au moins 3,5 mètres , pour éviter qu’il ne projette par la force de son jet de l’huile en feu. De plus ,il ne refroidit que très peu et le risque de ré-inflammation est très important dès dissipation de son nuage au-dessus du feu, soit environ 3 secondes après son émission.

Quels sont les agents extincteurs à base d’eau contenus dans les extincteurs certifiés sur un feu de classe F ( norme européenne) :

- L’eau pure brumisée (gouttes inférieures à 0,4 mm de diamètre) : Elle s’évapore au- dessus de l’huile avant de couler dedans, provocant un nuage de vapeur étouffant et refroidissant le foyer et le métal de la friteuse, qui évite la ré-inflammation.

- L’eau pulvérisée avec additif à formation de film flottant: Elle forme un film flottant à base d’eau au-dessus du liquide gras, et l’isole de l’air ambiant comburant. De plus elle refroidit la friteuse évitant la ré-inflammation.

- La mousse pulvérisée: Elle forme une couverture flottante de bulles qui isole le liquide gras combustible de l’air ambiant comburant, et refroidit la friteuse évitant la ré-inflammation. De plus, son émulseur peut aussi être à formation de film flottant, ce qui assure une double sécurité, car le film reste à la surface de l’huile, même les bulles détruites, continuant à isoler le combustible de l’air ambiant .

Pourquoi ces agents extincteurs à base d’eau sont-ils pulvérisés voire brumisés ?

Tout simplement parce que le test de certification normalisé  sur clase F européen, prend en compte l’utilisation possible sur tension électrique inférieure à 1000 volts, ce qui nécessite un espace d’air isolant entre les gouttes. Un jet bâton (droit) à base d’eau serait conducteur du courant.

Et si l’on a pas d’extincteur certifié sur classe F ?

On utilisera une couverture si possible dite « antifeu », en se protégeant les mains pour la déposer en douceur au-dessus  du foyer, et l’on pourra renforcer l’extinction surtout si elle se soulève avec l’ébullition de l’huile, par un jet d’extincteur à co2, ou à eau pulvérisée avec additif certifiée en classe A et B seulement, voire à poudre par défaut, sur le  pourtour de la couverture.

Remarques :

Beaucoup de friteuses professionnelles sont équipées d’un couvercle sur charnière. Si le bac de friture n’empêche pas sa fermeture par sa poignée, on peut disposant d’une gaffe, refermer le couvercle pour étouffer le feu.

Dans tous les cas il faut arrêter le courant ou l’arrivée de gaz.

Le fait de monter le diffuseur de l’extincteur devant son visage pour attaquer le foyer, va généralement former un cône de gouttes pulvérisées, qui arrêtera une partie de la chaleur du feu, donc protègera le visage de l’opérateur.

Alain P.

Lycée des métiers de la sécurité.



Auteur .

vous propose : L’attaque d’un feu : Intervenir en sécurité c'est se former
Les commentaires des internautes
Ajouter un nouveau commentaire

M’avertir lorsqu’une réponse est postée