Livraison 24H
Page d'accueil Ylea YLEA / Comment bien protéger sa maison ?

Comment bien protéger sa maison ?

Dossier sécurité : La sécurité au domicile

Un peu d’histoire

Au moyen-âge, le crieur public , passait en ville chaque soir en énonçant «Tout va bien, dormez en paix braves gens, couvrez votre feu ! » et l’on mettait une sorte de couvercle en tôle de fer sur les braises du foyer de la cheminée pour les plus aisés, ou des cendres pour les plus pauvres, afin d’éviter la projection d’une braise pendant la nuit, qui aurait pu mettre le feu. De plus il était demandé dans certaines cités d’avoir un « muid d’eau » (gros baquet d’eau) avec un seau devant sa porte sous peine de 6 sols d’amende. Nous avons là l’origine du « couvre-feu » mesure de prévention de l’incendie, et de l’extincteur mesure d’intervention en cas de feu.

Alors comment faire ?

Connaitre les dangers et les situations dangereuses à son domicile.

Le danger est un phénomène qui peut amener un accident. Par exemple la corrosivité d’un liquide pour déboucher un lavabo.

La situation dangereuse sera le fait de verser ce produit dans le lavabo (risque de projection sur la peau, et de respiration d’émanation de vapeurs corrosives)

Première étape : Identifier les dangers et situations dangereuses dans chacune des pièces du logement  

L’électricité : Le comportement des enfants, l’entretien et l’état du matériel, les conditions d’utilisation de ce matériel, la présence des appareils de sécurité (disjoncteurs, fusibles, protections des prises, etc.)

Le gaz combustible : Etat des tuyaux, des raccords, accès aux robinets, stockage de bouteille, utilisation du gaz, fuite etc.

Les risques chimiques : Intoxication, brûlure, irritation, destruction, pollution, incendie, utilisation des produits, etc.

Les risques physiques : Chute, coupure, perforation, glissade, choc, refroidissement, chaleur excessive (eau bouillante sortant du robinet lors du bain avec les enfants par exemple), où et quand cela peut-il arriver ? etc.

Les comportements humains : Enfants, inattention, fatigue, handicap, boisson alcoolisée, produits stupéfiants, médicaments à effets secondaires, etc.

L’hygiène : Saleté, insectes, champignons, humidité etc. facteurs de maladie .

Deuxième étape : Prévention de l’accident (l’éviter)

1 Supprimer au maximum le danger : Par exemple , remplacer le produit liquide corrosif vendu pour déboucher les siphons, par une ventouse en caoutchouc et l’apprentissage de sa manipulation.

2 Si on ne peut supprimer le danger :

  • S’informer des risques, et se former à la bonne utilisation des produits et outils (Etiquette, notice, cours en magasin de bricolage, fiches de données de sécurité des produits par internet, etc.).
  • Assurer l’entretien conformément aux prescriptions du fabricant, des appareils et outils.
  • Limiter au minimum nécessaire les produits ou appareils dangereux.
  • Utiliser si possible les produits chimiques en extérieur du logement.

 

    • Ne jamais mélanger les produits chimiques (détergent, etc.) sauf prescription de leur fabricant.
    • Mettre les médicaments dans une armoire fermée à clef.
  • Informer des risques et mesures de protection tout utilisateur à chaque acquisition d’un nouvel élément (produit, appareil etc.) .
  • Informer et surveiller les enfants (risque d’eau « brûlante » par exemple lors de la manipulation d’un robinet, de coupure avec les couteaux, etc.)

 

    • Vérifier régulièrement le stockage hors de portée des enfants, et tous les appareils et contenants visuellement avant chaque utilisation. Si vous changez votre bouteille de gaz, mettez de l’eau savonneuse sur les raccords après installation. S’il se forme des bulles quand vous ouvrez le robinet de la bouteille, c’est qu’il y a une fuite. Changez alors le joint et recommencez la vérification.
    • Faire vérifier par un professionnel toutes les installations techniques au moins une fois par an, et au moindre doute sur leur bon état .
    • Ranger tout produit ou appareil dangereux hors de portée des enfants (sous clef, en hauteur) si possible à l’extérieur du logement.
    • Ranger impérativement les carburants liquides ou gazeux hors du logement dans une cabane de jardin fermée à clef, et possédant une aération haute et une aération basse (petite bouche avec une grille)
  • Utiliser des protections collectives quand cela est possible

 

    • Par exemple, Barrière antichute en haut de l’escalier (jeune enfant et adulte mal réveillé la nuit), forte aération permanente des locaux concernés pendant les travaux de peinture par exemple etc.
  • Utiliser des protections individuelles adaptées au travail à réaliser (gants, masques, blouse, tablier, combinaison, lunette et écran de protection , casque, chaussures adaptées etc.)
  • Quel que soit votre activité (nettoyage, peinture, bricolage) portez toujours des lunettes de protection (on ne sait pas regreffer un œil).
  • Ne jamais utiliser de produit inflammable (par exemples, essence de térébenthine, encaustique à solvant inflammable pour les parquets, dissolvant pour vernis à ongle etc.) à proximité d’une source de chaleur. (veilleuse de chauffe-eau, fumeur, gazinière allumée, etc.)
  • Se laver, laver son matériel après chaque utilisation avant rangement, et son logement régulièrement.
  • Démarrer les voitures et engins à moteur thermique porte du garage grande ouverte, ou mieux dehors (Deux roues, tondeuse, etc.).

 

Troisième étape : Prévoir l’intervention

Même si la prévention évite les accidents, le risque « zéro » n’existe pas .

Il faut donc prévoir des mesures d’intervention.

  • Formez-vous au secourisme (Voir les organismes de formation sur le net)

 

    1. Prévoir un téléphone portable batterie chargée et une lampe portative puissante avec une consigne simple ou figure le n° de tél 18 ou 112, et votre adresse précise, afin que toute personne (y compris les enfants à partir de 10 ans) présente chez vous puisse appeler les secours.
    2. On fait aussi appel à des services privés spécialisés pour les insectes dangereux (hyménoptères), et les animaux et champignons vecteurs de maladie.
    3. Equiper chaque niveau au minimum d’un détecteur autonome avertisseur de fumée (obligatoire) à compléter, si vous avez des appareils de chauffage à flammes nues (poêle, insert , etc.), d’un détecteur autonome avertisseur de monoxyde de carbone. Ces appareils vous préviendront en cas de départ de feu, ou de présence de monoxyde de carbone gaz toxique mortel inodore et inflammable.
    4. Equipez-vous d’une trousse de secours facile à trouver au domicile, et veillez à remplacer ce qui a été utilisé.
  • Prévoir un extincteur de 6 litres à eau pulvérisée avec additif ou 3 extincteurs de 2 litres à eau pulvérisée avec additif (ils seront alors répartis dans le logement) si les occupants sont physiquement faibles (personnes âgées, ou handicapées physiques.) L’accès à l’extincteur ainsi que sa mise en œuvre devront être faciles, et connus de tous.

 

  1. Une paire de gants de travail en cuir, une paire de lunettes de protection, et une couverture peuvent compléter l’extincteur.
  2. Former l’ensemble des occupants de la maison à l’intervention prudente (distance d’attaque du feu en sécurité, tête hors de la fumée et possibilité d’évacuer) avec l’extincteur.
  3. Rappeler régulièrement (au moins tous les 6 mois) le mode d’utilisation du matériel.

 

Remarques :

On peut également s’abonner à une « station centrale de télésurveillance ». Après l’installation de détecteurs d’intrusion et d’incendie et d’un transmetteur à votre domicile, la station est immédiatement prévenue du déclenchement d’un détecteur. Ensuite, ses opérateurs peuvent vous prévenir par téléphone et lever le doute sur la réalité de l’alarme par caméra ou intervention d’un agent de sécurité, et prévenir les secours.

En ce qui concerne la protection contre le cambriolage, il existe du matériel certifié NF A2p et Normes européennes au degré de résistance testé. Il faut alors faire appel à un professionnel de préférence agréé par une marque connue de matériel de sécurité, qui établira un devis pour les travaux à réaliser.

L’installation d’un petit coffre-fort fixé solidement au sol ou aux murs, de préférence au fond d’un placard (coffre certifié NFA2p classe 0 ou EN 14450 au minimum), est un moyen simple et efficace de protéger contre les cambrioleurs ses biens comme les chéquiers, cartes bancaires, argent liquide, bijoux etc..

Alain P.

Professeur lycée métiers de la sécurité



Auteur .

vous propose : Comment bien protéger sa maison ?
Les commentaires des internautes
Ajouter un nouveau commentaire

M’avertir lorsqu’une réponse est postée