Livraison 24H
Page d'accueil Ylea YLEA / Variant Brésilien en France : Quid du Vaccin, Symptômes, les dangers ?

Variant Brésilien en France : Quid du Vaccin, Symptômes, les dangers ?

Partagez

Variant brésilien en France : VOC P1 et VOC P2, les variants venus du Brésil

Repéré pour la 1ère fois au Japon, VOC P1 était porté par des passagers en provenance du nord du Brésil. Repéré en janvier 2021 dans ce pays d’Amérique du Sud, il était déjà présent dans des analyses sanguines depuis novembre 2020. Il s’est alors largement répandu en Amérique du Sud et dans les pays d’échanges commerciaux comme l’Asie et ses pays voisins. La rapidité d’infection réside dans le fait que ce variant est entre 1.4 et 2.6 plus contagieux que la souche de référence. Si cela n’était pas suffisant, cette même souche de variant a été identifiée comme capable de réinfecter les patients déjà infectés par ce variant et même par la souche initiale. Dans ces nouveaux variants, 14 à 18 nouvelles mutations ont été identifiées.

Dangers du variant brésilien : Est-il plus grave ou moins grave ?

Les équipes scientifiques n’ont pas assez de données cliniques pour savoir si ce variant est la cause d’affection plus dangereuse par sa charge virale ou par sa longévité. Mais il toucherait des patients plus jeunes et avec une létalité plus accrue. Ce variant aurait été également été observé comme plus virulent et plus mortel dans les pays voisins du sud du Brésil. Les symptômes fréquents seraient quant à eux similaires aux Covid déjà connus (Maux de têtes, douleurs musculaires..).

Selon les observateurs, il serait compliqué dans ces pays là de différencier la mortalité due au virus et celle liée à la prise en charge des patients atteints que cela soit en terme de traitements, d’hygiène et de capacité hospitalière.

P1 et P2 ne sont pas les seuls variants du Brésil. NP, N10, B1.351 y circulent aussi. Donc les variants Sud-africain et Anglais y sont aussi présents et se mélangent avec le variant local. Ces mélanges et interactions entre variants sont évidemment une mauvaise nouvelle car ils créent de nouveaux risques et forcément une nouvelle résistance aux traitements actuels. C’est l’échappement immunitaire. Ces variants pleins de mutations devrait donc à leurs tours voir émerger de nouveaux virus comme le P3 et même le P4 issus de la même souche initiale Brésilienne.

Neutraliser le virus

Les chercheurs ont étudié l’importance des anticorps neutralisants et se sont aperçus qu’ils avaient une importance dans la lutte contre le virus et la majorité de ces variants. Car s’ils sont mutants et très différents du virus initial, ils sont montés sur la base de matériaux, unique cible des anticorps. C’est la raison pour laquelle les chercheurs préconisent aux laboratoires de créer des vaccins permettant à l’organisme de produire en grande quantité ces anticorps neutralisants.

Ils confirment donc l’importance de la vaccination et la nécessité de recevoir des doses complètes provenant de la 1ère et 2ème injection. La réalisation du protocole complet de vaccination garantissant à elle seule la fabrication suffisante de ces anticorps; même si on ignore précisément la longévité de cette protection.

Efficacité des vaccins

Si les vaccins restent largement recommandés par les équipes scientifiques et les autorités sanitaires, les chercheurs dénotent des efficacités plus ou moins importantes selon les pays, les régions, les patients ou les variants. Ils s’accordent néanmoins sur le fait que l’absence de vaccination augmenterait la mortalité. Il faut donc vacciner pour que l’organisme produise en quantité suffisante ces anticorps neutralisants.