Livraison 24H
Générateurs de flammes
Voir tous les produits de la catégorie Générateurs de flammes
Ylea Group

Coffret 6 têtes de sprinklers

Référence :08022    2 avis
146.99 € HT 
176.39 € TTC 
176.39 € TTC 146.99 € HT 
Quantité souhaitée Quantité
Equipez-vous de ce coffret au meilleur prix présentant les 6 principales têtes de sprinklers installées dans les bâtiments industriels et les ERP !
Livraison gratuiteLivraison gratuite
Livraison 24/48h
 
Garantie
Garantie : 1 an
 
Télécharger le fiche

Pratique pour vos démonstrations et formations : Ce coffret présente les 6 principales têtes de sprinklers installées dans les bâtiments industriels et les établissements recevant du public !


- Coffret pédagogique pour vos formations incendie, SSIAP...


- Permet de visualiser d'un coup d'œil les différentes têtes de sprinklers.


- Facilement transportable.


- Têtes interchangeables.


Ce coffret contient 6 têtes de sprinkler


- 1 tête spray pendent 68°C chromée.


- 1 tête spray pendent 79°C en laiton.


- 1 tête spray pendent 93°C en laiton.


- 1 tête spray upright 68°C en laiton.


- 1 sprinkler horizontal sidewall 68°C chromé.


- 1 sprinkler vertical sidewall 68°C chromé.


Poids : 1,4 Kg.


Dimensions : L360 x H60 x P130 mm.


L’installation d’extinction automatique « Sprinkler »


I - Définition :


Inventée aux USA (peut-être sur une idée de Hiram Maxim) en 1878 par Henry Parmelee et perfectionné en 1883 par Frederic Grinnell, il s’agit d’une installation d’extinction automatique à eau qui couvre généralement l’ensemble des locaux d’un site, à la différence des installations fixes d’extinction à gaz qui elles n’intéressent qu’un local.


II - L'installation d’extinction automatique à eau est constituée de :  


- Un réseau de tuyauterie fixé au plafond et le long des murs des bâtiments, divisé en zones de 8000 m2 maximum de surface, chaque zone étant contrôlée par un Le réseau est généralement alimenté en permanence en eau sous pression (8 à 10 bars) mais peut être aussi sous air ou sous eau avec antigel pour les locaux non chauffés.


- D’un poste de contrôle, par zone : Le poste est composé d’un clapet anti-retour (dit soupape d’alarme) de réseau et d’une vanne de contrôle d’une zone, permettant de fermer l’alimentation en eau pour des raisons de travaux ou après extinction, le temps de changer les têtes ouvertes pour les remplacer et remettre l’installation en veille. Une cloche d’alarme d’ouverture du clapet (déclenchement de tête sur la zone surveillée), un manomètre à lecture directe et un manomètre enregistreur de pression hebdomadaire, permettant de contrôler les variations de pression survenues dans la zone complètent l’armement du poste.


- Des têtes thermo-déclenchables d’arrosage fixées sur le réseau de tuyau dites têtes « sprinkler » (une tête tous les 3 ou 4 mètres de tuyau suivant la charge calorifique du local, et couvrant de 9 à 16 m2). Les têtes auront également un débit différent en fonction de la charge calorifique du local protégé.


2 sources d’eau :


- La source A qui est un réservoir de 30 m3 d’eau au minimum avec son surpresseur (pompe + régulateur de pression) capable d’alimenter 5 têtes d’arrosage pendant 30 minutes


- La source B qui est un réservoir ou bassin de capacité en eau très importante avec sa pompe capable d’alimenter correctement le nombre de têtes prévues pour la surface impliquée pendant au moins 1 heure. Dans certains cas cette source B peut être le réseau d’eau de ville


La surface impliquée : Il s’agit de la surface maximum capable d’être arrosée correctement (1 bar dynamique à la tête la plus défavorisée) en cas d’incendie sur le site. En effet, bien que couvrant en veille des surfaces pouvant dépasser 20000 m2 avec des milliers de têtes, l’installation ne peut les alimenter en eau dynamique correctement toutes ensembles. Cette surface impliquée arrosée efficacement est de 260 m2 par exemple pour un hypermarché. Cela sous-entend que le feu doit être maitrisé avant de dépasser 260 m2 de surface sous peine que les débits d’eau par tête, ne deviennent trop faibles pour être efficace.


Eventuellement d’un système d’injection d’additif ou d’émulseur pour les feux de liquides qui sera mélangé à l’eau, sur un poste couvrant une zone avec des liquides inflammables.


Installation déluge


Dans certain cas (combustible à propagation de feu très rapide) une zone de taille modeste peut être couverte de têtes ouvertes en permanence. Par ce fait l’eau sort instantanément par toutes les têtes, le poste étant déclenché par un détecteur d’incendie.


III - Fonctionnement en cas de départ de feu :


-1 : le feu se déclare et la fumée chaude (ou le rayonnement des flammes) fait fondre le fusible, ou éclater L’ampoule de la tête d’arrosage.


-2 : l’eau coule, arrosant le feu, et il se produit une première chute importante de pression dans le réseau aval (tuyaux se situant en aval du poste de la zone concernée), ce qui déclenche l’ouverture de la soupape d’alarme (clapet antiretour) située sur le poste de contrôle, et l’alarme sonore.


-3 : la pression chute alors en amont de la soupape d’alarme, ce qui provoque le démarrage de la pompe puisant son eau dans la source A. Cette pompe est capable d’alimenter au moins 5 têtes d’arrosage


Cette source (réservoir) contient au minimum 30 M3 d’eau soit ½ heure d’arrosage minimum avec les 5 têtes ayant le plus gros débit


-4 : Si la pompe « source A » ne suffit pas à alimenter correctement les têtes d’arrosage (débit, et pression) à cause du développement du feu, la deuxième chute importante de pression fait démarrer une deuxième pompe beaucoup plus puissante, puisant son eau dans un deuxième réservoir, appelé source B.


Cette source contient, en général au moins 10 fois la source A soit environ 300 m3 d’eau ce qui permet d’arroser la « surface impliquée » pendant une heure au minimum.


La « surface impliquée » est la surface maximale au sol que l’installation est capable d’arroser efficacement, soit 260 m2 (environ 30 têtes) dans un hyper marché par exemple, alors que le réseau du magasin en possède souvent plusieurs milliers en veille, couvrant sa surface totale.


La source B peut avoir une capacité supérieure si elle alimente aussi les R.I.A., et si elle sert de réserve d’eau d’incendie aux sapeurs pompiers.


IV - Vérifications (service de sécurité) notées sur les registres sprinkler et le registre de sécurité :


- Tous les jours: pression statique du réseau = 8 à10 bars et niveau des sources A et B


- Toutes les semaines: Vérification des sources, des niveaux de carburant, d’huile et d’eau de refroidissement (Moteur diesel), puis essais pendant 10 mn (30 la première de l’année) des pompes A et B avec contrôle des débits et pressions. Changement de la bande papier du manomètre enregistreur de pression aval, et essai du gong d’alarme, de chaque poste. 


- Tous les semestres, vérifications techniques de l’installation par un installateur agréé A.P.S.A.D pour être reconnu efficace par les compagnies d’assurances.


Remarques : Il existe des installations sous air à « pré action » ou non, ou sous antigel. Il existe aussi des postes à mousse, ou à eau « additivée » (feux B), et des installations « déluge »


La petite pompe électrique, « Jockey » et son régulateur de pression, ne servent généralement uniquement qu’à maintenir la pression statique de veille dans le réseau de tuyaux.


Dans certains cas la source B peut être le réseau d’eau de ville, mais cette solution tend à disparaître.

Pratique pour vos démonstrations et formations : Ce coffret présente les 6 principales têtes de sprinklers installées dans les bâtiments industriels et les établissements recevant du public !


- Coffret pédagogique pour vos formations incendie, SSIAP...


- Permet de visualiser d'un coup d'œil les différentes têtes de sprinklers.


- Facilement transportable.


- Têtes interchangeables.


Ce coffret contient 6 têtes de sprinkler


- 1 tête spray pendent 68°C chromée.


- 1 tête spray pendent 79°C en laiton.


- 1 tête spray pendent 93°C en laiton.


- 1 tête spray upright 68°C en laiton.


- 1 sprinkler horizontal sidewall 68°C chromé.


- 1 sprinkler vertical sidewall 68°C chromé.


Poids : 1,4 Kg.


Dimensions : L360 x H60 x P130 mm.


L’installation d’extinction automatique « Sprinkler »


I - Définition :


Inventée aux USA (peut-être sur une idée de Hiram Maxim) en 1878 par Henry Parmelee et perfectionné en 1883 par Frederic Grinnell, il s’agit d’une installation d’extinction automatique à eau qui couvre généralement l’ensemble des locaux d’un site, à la différence des installations fixes d’extinction à gaz qui elles n’intéressent qu’un local.


II - L'installation d’extinction automatique à eau est constituée de :  


- Un réseau de tuyauterie fixé au plafond et le long des murs des bâtiments, divisé en zones de 8000 m2 maximum de surface, chaque zone étant contrôlée par un Le réseau est généralement alimenté en permanence en eau sous pression (8 à 10 bars) mais peut être aussi sous air ou sous eau avec antigel pour les locaux non chauffés.


- D’un poste de contrôle, par zone : Le poste est composé d’un clapet anti-retour (dit soupape d’alarme) de réseau et d’une vanne de contrôle d’une zone, permettant de fermer l’alimentation en eau pour des raisons de travaux ou après extinction, le temps de changer les têtes ouvertes pour les remplacer et remettre l’installation en veille. Une cloche d’alarme d’ouverture du clapet (déclenchement de tête sur la zone surveillée), un manomètre à lecture directe et un manomètre enregistreur de pression hebdomadaire, permettant de contrôler les variations de pression survenues dans la zone complètent l’armement du poste.


- Des têtes thermo-déclenchables d’arrosage fixées sur le réseau de tuyau dites têtes « sprinkler » (une tête tous les 3 ou 4 mètres de tuyau suivant la charge calorifique du local, et couvrant de 9 à 16 m2). Les têtes auront également un débit différent en fonction de la charge calorifique du local protégé.


2 sources d’eau :


- La source A qui est un réservoir de 30 m3 d’eau au minimum avec son surpresseur (pompe + régulateur de pression) capable d’alimenter 5 têtes d’arrosage pendant 30 minutes


- La source B qui est un réservoir ou bassin de capacité en eau très importante avec sa pompe capable d’alimenter correctement le nombre de têtes prévues pour la surface impliquée pendant au moins 1 heure. Dans certains cas cette source B peut être le réseau d’eau de ville


La surface impliquée : Il s’agit de la surface maximum capable d’être arrosée correctement (1 bar dynamique à la tête la plus défavorisée) en cas d’incendie sur le site. En effet, bien que couvrant en veille des surfaces pouvant dépasser 20000 m2 avec des milliers de têtes, l’installation ne peut les alimenter en eau dynamique correctement toutes ensembles. Cette surface impliquée arrosée efficacement est de 260 m2 par exemple pour un hypermarché. Cela sous-entend que le feu doit être maitrisé avant de dépasser 260 m2 de surface sous peine que les débits d’eau par tête, ne deviennent trop faibles pour être efficace.


Eventuellement d’un système d’injection d’additif ou d’émulseur pour les feux de liquides qui sera mélangé à l’eau, sur un poste couvrant une zone avec des liquides inflammables.


Installation déluge


Dans certain cas (combustible à propagation de feu très rapide) une zone de taille modeste peut être couverte de têtes ouvertes en permanence. Par ce fait l’eau sort instantanément par toutes les têtes, le poste étant déclenché par un détecteur d’incendie.


III - Fonctionnement en cas de départ de feu :


-1 : le feu se déclare et la fumée chaude (ou le rayonnement des flammes) fait fondre le fusible, ou éclater L’ampoule de la tête d’arrosage.


-2 : l’eau coule, arrosant le feu, et il se produit une première chute importante de pression dans le réseau aval (tuyaux se situant en aval du poste de la zone concernée), ce qui déclenche l’ouverture de la soupape d’alarme (clapet antiretour) située sur le poste de contrôle, et l’alarme sonore.


-3 : la pression chute alors en amont de la soupape d’alarme, ce qui provoque le démarrage de la pompe puisant son eau dans la source A. Cette pompe est capable d’alimenter au moins 5 têtes d’arrosage


Cette source (réservoir) contient au minimum 30 M3 d’eau soit ½ heure d’arrosage minimum avec les 5 têtes ayant le plus gros débit


-4 : Si la pompe « source A » ne suffit pas à alimenter correctement les têtes d’arrosage (débit, et pression) à cause du développement du feu, la deuxième chute importante de pression fait démarrer une deuxième pompe beaucoup plus puissante, puisant son eau dans un deuxième réservoir, appelé source B.


Cette source contient, en général au moins 10 fois la source A soit environ 300 m3 d’eau ce qui permet d’arroser la « surface impliquée » pendant une heure au minimum.


La « surface impliquée » est la surface maximale au sol que l’installation est capable d’arroser efficacement, soit 260 m2 (environ 30 têtes) dans un hyper marché par exemple, alors que le réseau du magasin en possède souvent plusieurs milliers en veille, couvrant sa surface totale.


La source B peut avoir une capacité supérieure si elle alimente aussi les R.I.A., et si elle sert de réserve d’eau d’incendie aux sapeurs pompiers.


IV - Vérifications (service de sécurité) notées sur les registres sprinkler et le registre de sécurité :


- Tous les jours: pression statique du réseau = 8 à10 bars et niveau des sources A et B


- Toutes les semaines: Vérification des sources, des niveaux de carburant, d’huile et d’eau de refroidissement (Moteur diesel), puis essais pendant 10 mn (30 la première de l’année) des pompes A et B avec contrôle des débits et pressions. Changement de la bande papier du manomètre enregistreur de pression aval, et essai du gong d’alarme, de chaque poste. 


- Tous les semestres, vérifications techniques de l’installation par un installateur agréé A.P.S.A.D pour être reconnu efficace par les compagnies d’assurances.


Remarques : Il existe des installations sous air à « pré action » ou non, ou sous antigel. Il existe aussi des postes à mousse, ou à eau « additivée » (feux B), et des installations « déluge »


La petite pompe électrique, « Jockey » et son régulateur de pression, ne servent généralement uniquement qu’à maintenir la pression statique de veille dans le réseau de tuyaux.


Dans certains cas la source B peut être le réseau d’eau de ville, mais cette solution tend à disparaître.

Note moyenne :    2 avis - note : 4.5    Coffret 6 têtes de sprinklers Coffret 6 têtes de sprinklers Coffret 6 têtes de sprinklers Coffret 6 têtes de sprinklers Coffret 6 têtes de sprinklers

Par SEBASTIEN     

29/06/2021

Conforme à mes attentes.

Par stéphane     

15/12/2020

bien.