Livraison 24H
Page d'accueil Ylea accueil / Comment prendre en charge une victime atteinte de traumatisme

Comment prendre en charge une victime atteinte de traumatisme

Partagez

A la maison, dans les activités sportives ou au travail, le risque de traumatisme est omniprésent. On dit souvent que « l’accident est vite arrivé » ou que « c’est un accident bête ». Il est souvent la conséquence d’une faute d’attention, d’une prise de risque non maitrisée ou d’un manquement aux règles de sécurité.

Pour limiter les accidents liés aux risques présents, la majorité des entreprises et des organisateurs d’activités ont réalisé un document unique d’évaluation des risques. Ce document répertorie l’ensemble des risques liés à l’activité, propose des moyens de prévention et des actions en cas d’accident. C’est cette méthode d’analyse qui est à appliquer dès lors que vous envisagez une activité même dans le cadre de vos activités personnelles.

L’analyse doit répondre aux questions :

- Quel type d’activité ?

- Quels sont les moyens d’accès ?

- Quels sont les risques de blessure ?

- Quels seront les moyens pour joindre les secours ?

- Quels seront les moyens d’évacuation ou de repli ?

A l’aide des réponses de ce questionnement, vous allez pouvoir définir les besoins en équipement. Cela peut être du matériel de sécurité comme des équipements de protection individuelle, des équipements de protection collectifs, mais aussi de l’eau et des barres céréalières, des moyens de communication ou une trousse de secours bien fournie.

En cas d’atteinte traumatique, il va falloir donner rapidement l’alerte. Avant de faire cela, il faudra réaliser un 1er bilan de la victime :

- Il faudra d’abord déterminer le mécanisme de l’accident répondant à la question « Comment l’atteinte traumatique s’est-elle produite ? »

- Il faudra ensuite éliminer toute détresse vitale qu’il faudrait traiter immédiatement comme une hémorragie, une obstruction des voies aériennes, un problème respiratoire, un arrêt cardiaque ou une inconscience.

- Cela traité, on pourra réaliser le bilan de la victime en la déshabillant (conservez l’intimité de la victime) et en recherchant de la tête aux pieds, du plus grave au moins grave toutes les lésions et blessures rencontrées.

On cherchera toutes les lésions : les plaies, les atteintes des os ou articulations, les hématomes, les déformations, les gonflements, les pertes de sensibilité, les fourmillements, l’absence de mobilité …

- Il faudra demander à la victime de ne pas bouger le membre blessé. Si elle ne peut pas s’immobiliser elle-même, vous devrez l’aider. Vous pourrez lui demander de se mettre dans la position dans laquelle elle se sent le mieux ; la position la moins douloureuse. Selon le traumatisme et sa douleur, vous pourrez mettre un pack de froid pour diminuer la douleur en vous assurant qu’il n’est pas directement au contact de la peau (éviter la brulure). Une protection (papier ou tissu par exemple) doit être placée entre la source de froid et la peau.

- En suivant vous pourrez contacter le SAMU Centre 15 pour leur faire le bilan de la victime. Le bilan correspond à l’état de la victime dans laquelle elle se trouve en ce moment. Vous transmettrez au centre 15 ce qui s’est passé, ce que vous voyez et ce que la victime et son entourage vous disent.

L’objectif est de faire une « photo » de son état afin que le centre 15 puisse comprendre ce qu’il se passe pour prendre une décision ou une orientation.

N’hésitez pas à envoyer un témoin attendre les secours au bord de la route pour les guider jusqu’à la victime.

Si vous avez la compétence d’équipier PSE, vous aurez avec votre équipe la possibilité de mettre en place un moyen d’immobilisation comme un collier cervical, une attelle en néoprène ou un matelas immobilisateur selon la zone du corps à immobiliser. Nous verrons ceci dans un autre article.

 

Cas particulier :

Si la victime d’un traumatisme est inconsciente, ç’est à dire qu’elle ne répond pas aux questions mais qu’elle respire, il est recommandé de ne la mettre en position latérale de sécurité que sur conseil du SAMU Centre 15 ou en cas de vomissements.