Livraison 24H
Page d'accueil Ylea YLEA / Un masque grand public de catégorie 1 est-il vraiment efficace ?

Un masque grand public de catégorie 1 est-il vraiment efficace ?

Partagez

09/02/2021 - Mise à jour

À la suite de notre article concernant la remise en question de l’efficacité des masques grand public UNS1 ou fabriqués à la maison, des scientifiques recommandent désormais la grande diffusion du masque FFP2.

A travers leurs propos, les experts souhaitent que la population s'équipe de masques aux normes plus strictes et pouvant filtrer des particules beaucoup plus fines que les filtres des autres types de masques.

Ils savent que l'infection se transmet par des micro-projections répétées d'agents pathogènes (qui rendent malade) d'infime taille que la majorité des masques sans polypropylène non tissés ou de coton serrés laissent passer.

Le Professeur Marr de l’université de Virginia Tech aux États-Unis rappelle qu'il faut une filtration la plus fine possible tout en limitant au maximum les fuites.

Elle précise que pour savoir si votre protection est optimale, vous devriez à l'inspiration sentir votre masque rentrer dans la bouche et ne pas sentir d'air sur vos mains lorsque vous expirez. Peu de masque hors du FFP2 permettent d'atteindre ce résultat d'où les grandes différences d'herméticité des produits disponibles sur le marché. Porter un masque FFP2 ou doubler votre masque chirurgical semblent être selon elle les seules méthodes pour faire face au virus et à ses nouveaux variants. 

Il faut donc diffuser un maximum de masques ayant ces 2 caractéristiques : Filtration fine et herméticité.

Toujours selon les experts, que cela soit pour le Covid ou d’autres infections virales, le masques FFP2 ou chirurgical haute performance réunissant les 2 critères décris ci-dessus devraient rester des moyens de protection à conserver bien au-delà de la pandémie actuelle.

Il faut donc réfléchir à savoir comment mieux se les approprier et vivre avec nos nouveaux accessoires du quotidien : Nos masques.

Et pourtant, on le sait ! Le masque de protection est avec la désinfection des mains essentiel pour lutter contre la transmission du Covid-19 et d’autres virus comme la grippe ou la gastro-entérite.

Ils doivent être portés dans les lieux clos ou recevant du public et dans la sphère professionnelle ou personnelle surtout si des personnes à risque y sont présentes.

Il doit être adapté à la morphologie des visages et doit être placé correctement et le plus hermétiquement possible.

Les 2 points clés de l’efficacité d’un masque sont :

-       Capacité de filtration.

-       Herméticité du masque sur le visage.

Les souches connues ont des degrés de contagiosité variables mais les dernières en provenance d'Angleterre, d'Afrique et maintenant du Brésil sont particulièrement virulentes et touchent des adultes ou enfants selon des degrés de gravité variables mais handicapants.

Dans ce cadre-là, le Haut Conseil de la Santé Publique et le ministère de la Santé sont revenus sur la diffusion des masques textiles de type UNS (usage non sanitaire) de type 2 ou maison les jugeant non satisfaisants en raison de leur plus faible taux de filtration (entre 70 et 90%) et de leur incapacité à filtrer des particules inférieures à 3 microns qui est la taille maximum des virus du Covid-19.

Ces masques répondant en leur temps à un besoin particulier d’approvisionnement n’ont pourtant jamais répondu à aucune normes ou tests rendant ainsi leur efficacité plus que douteuse (voir notre article comparatif d'Avril 2020 à ce sujet). En 2020 l’OMS avait pourtant averti dans un document rendu public que la matière utilisée avait un rôle très important dans la fonction de protection et d’étanchéïté du masque. L’entretien de ces masques pose également un problème car même s’ils sont prévus pour 5, 10, 20 ou 30 lavages, il ne peut être garanti que le lavage ou la lessive utilisée n’altèrent pas plus la capacité de filtration que prévue, mais aussi que ce nombre maximum de lavage atteint, ceux-ci sont bien jetés ou détruits. Fabriquer un masque maison n’a d’ailleurs jamais été aussi simple qu’en regardant le tuto de l’AFNOR, ou en surfant sur les plateformes d’échanges. Mais s’ils expliquaient comment faire, ils ne validaient pas de process de contrôle sur l’efficacité des processus de fabrication.

En pratique des masques dont la capacité de filtration n’a jamais été évaluée ou prouvée n'assurera aucune garantie de protection.

Masque UNS ou fait maison : Aucune norme. Filtration inférieure à 90% et uniquement pour des particules de 3 microns et plus (virus Covid-19 inférieur à 3 microns). Les maques de catégorie 1 filtrent quant à eux au moins 90% mais uniquement les particules de plus de 3 microns.

Les 2 catégories de masques ci-dessus ne sont pas satisfaisantes au regard de leur capacité de filtration des particules fines et ne garantissent aucune étanchéïté.

Face à ces masques, les chirurgicaux et FFP2 répondent eux à des normes d’efficacité très strictes bien plus efficaces :

Chirurgical : Norme EN14683 – 95 (Type I) à 98% (Type II) de filtration des particules de 3 microns. Protège surtout des expectorations du porteur et simple barrière pour l’entourage. Herméticité à l’aide d’élastiques – 3 couches dont 1 filtrante. Durée d’utilisation 4 heures. La spécificité des type IIR est la résistance aux éclaboussures.

FFP2 : Norme EN149 - 98% de filtration des particules entre 1 et 3 microns et filtration supérieure à 94% pour les particules entre 0.01 et 1 micron. Il protège de l’inhalation et de l’expectoration des particules. Il se présente sous différentes formes fabriquées avec 3 couches dont 1 filtrante. Des élastiques plus performants et plus larges renforcent la fermeture hermétique sur le visage. Capable de protéger pendant 8 heures d’utilisation. Un industriel Français travaille actuellement sur un masque tueur de virus sur la base d’un FFP2 imprégné de solution biocide. N’hésitez pas à consulter notre article sur cette innovation qui pourrait révolutionner la lutte anti-Covid.

Donc en pratique, si vous cherchez à vous protéger et à protéger votre entourage, vous devrez vous posez quelques questions face à l’offre :

-       Est-ce que je souhaite éviter d’être contaminé et de contaminer ?

-       Le pourcentage de filtration est-il supérieur à 94% ?

-       Le masque est-il anatomique et va-t-il pouvoir fermer hermétiquement l’accès aux voies aériennes ?

Si la réponse à ces questions est oui, il vous faudra obligatoirement vous orienter vers les masques chirurgicaux (dit à usage médical) ou les masques FFP2 (pièce faciale filtrante).
Ils sont à ce jour la seule réponse efficace en terme de filtration et d'herméticité pour une protection optimale anti-Covid.